Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Pélerins Mont Saint Michel
  • bandeau.jpg
Navigation
Newsletter

Pour vous inscrire à notre lettre info trimestrielle.

Rencontre annuelle au Prieuré du Mont-Saint-Michel

Les amis de la Fondation du Mont-Saint-Michel se retrouvent à Ardevon

Samedi 10 janvier 2015, en présence de Monseigneur Laurent Le Boulc'h, une journée dédiée à toutes celles et tous ceux qui ont contribué aux projets soutenus par la Fondation du Mont-Saint-Michel était organisée au Prieuré à Ardevon.

Le matin a eu lieu une présentation de la Fondation du Mont-Saint-Michel, de son bilan, des actions qu'elle soutient.

Caroline Callies a fait le point sur les actions de la Fondation du Mont-Saint-Michel et les dons reçus.

Florence de Beaulaincourt a fait le bilan des actions de l'association Robert de Torigny sur le Mont : Festival 13 siècles entre Ciel et mer dont la 8ème édition aura lieu du 22 au 26 juillet prochain, installation de la crèche sur le Parvis de la Croix de Jérusalem.

François-Xavier de Beaulaincourt a fait le point sur l'acquisition et la première tranche de travaux pour aménager des dortoirs et installer des sanitaires pour les campeurs.

Dominique Lefèvre raconte comment l'accueil s'est déroulé depuis la première réunion à Ardevon le 26 janvier 2014, les différents groupes reçus, les principaux évènements de l'année.

L'architecte Arnaud Paquin a ensuite présenté le projet d'aménagement du Prieuré.

Après un déjeuner partagé, les personnes présentes ont pu visiter les locaux avant d'écouter une conférence sur Saint Michel par le Père André Fournier, recteur du Sanctuaire du Mont-Saint-Michel et curé de la paroisse de Pontorson.

La journée s'est terminée par une messe célébrée par Monseigneur Le Boulc'h

Homélie de Mgr Laurent Le Boulc’h au Prieuré d' Ardevon, le 10 janvier 2015


Frères et sœurs, l’Eucharistie que nous célébrons cet après-midi est une action de grâce pour l’œuvre qui s’accomplit en ce lieu.

Il y a des années, une poignée de pionniers ont fait le vœu que la vocation spirituelle du Mont-Saint-Michel ne se réduise pas au témoignage magnifique des siècles passés, mais qu’elle soit la clef de son avenir. Que deviendrait, en effet, le Mont-Saint-Michel s’il rompait avec la fidélité à ce qui lui donne sens ? Un parc de loisirs ou une entreprise touristique de première importance ?
Aussi réputé soit-il, le Mont passerait à côté de ce qu’il est essentiellement. Il perdrait en lui le signe d’une Présence qui élève l’humanité dans son mystère.

Le romancier Alexis Jenni écrit ceci dans son dernier et beau livre intitulé « Son visage et le mien » : « Le vide est habité pour peu qu’on l’écoute ; le vrai cauchemar est le plein, un monde totalement rempli au point qu’il n’y reste ni terrain vague ni temps mort, plus d’ennui. »

Le Mont-Saint-Michel a sûrement tout ce qu’il faut pour être rempli. Tant à voir, à proposer, à faire valoir, à vendre, à souligner. Céder à ce trop-plein, ce serait pourtant passer à côté de ce pourquoi, depuis des siècles, il défie le temps : être le lieu de la Présence silencieuse du Christ Seigneur offerte aux hommes pèlerins.

Reconnaître au cœur du Mont-Saint-Michel cette présence n’est pas aussi évident qu’on pourrait l’imaginer. Cela exige sans cesse d’aller au-delà des apparences, de creuser jusqu’à la source dans le rocher, de traverser la splendeur du Mont vers ce qui chante en elle et qui lui donne d’être.

Contre vents et marées, ceux et celles qui nous ont précédés se sont engagés pour cela. Ils ont œuvré pour qu’un accueil respectueux, fraternel et spirituel soit offert à tous les passants dans le sanctuaire. Ils se sont démenés pour que vibrent à nouveau dans la Merveille la liturgie et le silence monastiques. Au milieu de ce qui pourrait n’être qu’une impressionnante entreprise de culture et de commerce, ils ont voulu que résonne d’abord la Parole de liberté et de vérité.

Ce projet connaît maintenant une nouvelle étape grâce à la réhabilitation en cours du rieuré du Mont-Saint-Michel, ici à Ardevon. Ce lieu magnifique deviendra bientôt un carrefour de rencontres pour des pèlerins, des jeunes et des passionnés de culture médiévale. Au fur et à mesure que le projet prend corps, de mois en mois, nous sommes de plus en plus nombreux à prendre part à l’aventure. Beaucoup d’autres encore se laisseront fasciner par la majesté austère de ce lieu et pressentiront la grâce unique de ce signe tendu vers la Présence du Mont.

Nous pouvons dire aujourd’hui que cette histoire qui se déroule est providentielle dans le sens où nous pouvons discerner en elle le souffle de l’Esprit Saint. Saint Jean nous encourage à le croire dans la lecture de la liturgie de ce jour : « Bien-aimés, voici l’assurance que nous avons auprès de Dieu : si nous faisons une demande selon sa volonté, il nous écoute. »

Depuis le commencement du rêve, nous sommes les témoins émerveillés du travail de l’Esprit qui, de rencontres en rencontres, d’événements en événements, nous emporte plus loin que nous ne l’aurions imaginé, dépassant nos seules forces et volontés. Il nous est bon cet après-midi de rendre grâce à Dieu de ce que tant d’efforts et de labeurs dépensés depuis des années trouvent déjà leur fécondité dans l’Esprit.

L’Evangile d’aujourd’hui, en ce temps de Noël, invite à la joie. La joie parfaite de celui qui entend la voix de l’Epoux. La joie de celui qui sait reconnaître la présence du Christ vivant dans sa vie et dans celle du monde. C’est pour annoncer cette joie qu’a jailli le projet du Prieuré du Mont-Saint-Michel à Ardevon. La finalité de ce que nous entreprenons est là : proposer à tous d’accueillir la joie dans la présence silencieuse du Ressuscité.

Cette joie profonde sera offerte ici à tous les pèlerins en route vers le Mont qui, tel les mages de la crèche, sont en quête de lumière et d’Absolu, prêts à se laisser déplacer intérieurement pour se montrer disponibles à l’inattendu de Dieu.

Cette joie de l’Evangile sera offerte aux jeunes qui bivouaqueront ici dans la fraternité des chantiers, des rencontres et des rassemblements, portés par l’enthousiasme de l’Evangile.

Cette joie sera offerte aux chercheurs d’histoire, à ceux et celles qui ont soif d’apprendre, recueillant avec reconnaissance le témoignage des générations passées qui ont inscrit dans la lettre et la pierre le mystère chrétien de la foi, de l’espérance et de la charité.

Cette joie sera offerte dans le partage des uns et des autres.

Face aux attentats lâches et odieux qui secouent violemment notre monde, la conviction de l’urgence à créer des lieux comme le Prieuré du Mont-Saint-Michel d’Ardevon se renforce en nous. Aujourd’hui, les organisations terroristes et les maux des fondamentalismes de toutes sortes prospèrent sur le lit des manipulations politiques périlleuses, des frustrations-déceptions vis-à-vis de notre culture moderne, de l’ignorance et de l’archaïsme religieux, du désenchantement de nos sociétés en perte de sens. Il n’y a pas d’arme plus efficace à long terme contre le terrorisme et le fléau des fondamentalismes que celle de l’éducation à la culture, à la fraternité et à la spiritualité. Notre projet s’inscrit dans ce grand défi.

« Lui, il faut qu’il grandisse ; et moi, que je diminue. » Cette parole de Jean le Baptiste que nous venons d’entendre dans l’Evangile à propos de Jésus nous est donnée cet après-midi. Elle est parole de vigilance qui nous invite à ne pas perdre l’esprit d’humilité et le désir de servir le Christ Jésus.

Frères et sœurs, nous le savons bien, si les belles pierres d’Ardevon et du Mont-Saint-Michel sont un extraordinaire témoignage de la foi de nos ancêtres, elles ne chanteront vraiment, ces pierres, que si nous-mêmes, dans l’humble service de nos hôtes, nous formons ici une communauté d’hommes et de femmes rayonnante de l’Evangile. Je le disais dans cette même église, le 3 juillet dernier, lors de notre première rencontre diocésaine : c’est dans la mesure où tout ce que nous vivrons en ce lieu trouvera sa source dans l’Evangile, que l’oeuvre du Prieuré du Mont-Saint-Michel à Ardevon sera utile au monde et à l’Eglise.

Frères et sœurs, dans l’Eucharistie qui nous rassemble dans la foi, rendons grâce pour tout ce que l’Esprit de Dieu, grâce à chacun et chacune de vous, donne déjà de vivre en ce lieu. Présentons-lui dans la prière l’œuvre à venir, qu’elle s’édifie pour la gloire de Dieu et le salut du monde, dans l’humilité et l’espérance joyeuse de la foi.

Amen.

 

A l'issue de la célébration Mgr Le Boulc'h a signé
la Charte de la Pastorale de la baie